FAQ


SO’BiO étic® keeps you informed

This page provides you with answers to the most frequently asked questions!

The Cosmebio label guarantees ingredient content and product traceability throughout the manufacturing process. It also points to our ethics commitments and compliance with Cosmebio formulation charter standards:

at least 95% of the ingredients are completely natural;
at least 95% of the vegetal ingredients are organically grown;
at least 10% of the ingredients are organic.
NO parabens, NO GMOs, NO silicone, NO paraffin, NO nanoparticles.

Whenever possbile, SO’BiO étic® has chosen to exceed the requirements of the Cosmébio charter with regard to organic ingredient content percentages.

On February 15, WECF published a survey on 341 baby products (less than 3 years old) that are largely distributed through all channels in France.

This report shows that there are too many ingredients of concern in baby care products.

Our SO’BiO étic® Baby brand contains none of the high risk ingredients identified in the WECF survey.

They contain none of the “high”, “moderate” or even “low” risk ingredients and are further guaranteed to be free of: MIT/MCIT, phenoxyethanol, fragrances containing disclosable allergens, mineral oils, sulfates, EDTA, nanoparticles, parabens and BHT.

Since our company’s foundation in 1993, we have been committed to the prevention of cruelty to animals. Our products are never tested on animals. In fact, we were one of the first companies to exclude the use of any raw materials tested on animals well before the ban was enforced in 2009.

We have been exporting some SO’BiO étic® and Lift’Argan products to China since 2012.

While China prohibited animal testing in 2014 for cosmetics that are produced in the country, randon and non systematic testing may be carried out on animals for products that are imported or distributed through physical points of sale within China.

We have not been able to obtain proof from Chinese government authorities that allow us to determine with certitude that our products have not been tested on animals.  Therefore, we completely stopped registering new products in October 2015 as a precautionary measure, and we will not resume registration of Léa Nature Products on the Chinese market until we obtain a formal guarantee that our products are not tested on animals.  These products are available in China through online sales, which do not require any registration, ensuring none of these products are tested on animals.

Léa Nature cosmetics are not made in China.  All of our skin and personal care products are manufactured at our headquarters near La Rochelle.  Only those few products for which we do not have the specific production lines, such as make up cases, soaps, and home fragrances are provided by partnering French or European manufacturers.

Our SO’BiO étic® Natural’ nail polishes contain 83 to 89% natural ingredients from bio-sourced raw materials. Our formula excludes 7 of the commonly used components found in conventional nail polish (NO parabens, formaldehyde, phtalates, toluene, xylene, synthetic camphor, or colophony) and are therefore the most natural available on the market, offering a genuine alternative to these strong chemicals.

We are not able to obtain certification on these nail polishes for the time being in terms of the quality criteria required, but we are working on this point.

La norme ISO 16128 établit des lignes directrices relatives aux définitions techniques et aux critères applicables aux ingrédients et produits cosmétiques naturels et biologiques.

L’origine de cette norme vient du souhait d’établir une référence internationale sur la définition des ingrédients et des produits naturels et biologiques.

Cette initiative illustre parfaitement l’intérêt grandissant des consommatrices pour les produits cosmétiques naturels et bio, les industriels du conventionnel ayant estimé nécessaire la création de ce « langage commun ».

Un Groupe de travail international de 28 pays a été constitué. Les membres de l’ISO — représentés par les délégations nationales — se sont réunis 2 fois par an pour discuter des calculs et définitions. Des votes informatiques ont ensuite été faits pour valider les différentes étapes du projet global.

En France, c’est l’AFNOR, l’Association française de normalisation représentant la France auprès de l’Organisation internationale de normalisation, qui a animé le groupe de travail avec à sa tête la Directrice des Affaires Scientifiques et Réglementaires de la FEBEA (Fédération des Entreprises de la Beauté). La participation à ce groupe de travail était payante, aussi il était difficile pour les petits intervenants de faire entendre leur voix.

ECOCERT Greenlife, Cosmébio et Cosmos ont été soutenus par leur partenaire COSMED, afin de défendre les PME de ce secteur et de trouver un consensus respectant les valeurs et les fondamentaux de la cosmétique biologique et naturelle. Cosmébio est finalement sortie du groupe de travail lorsqu’elle a constaté que les discussions menaient vers une norme allant dans l’intérêt des industriels de la cosmétique conventionnelle, au détriment de la transparence de l’information pour les consommateurs.

  • La définition d’un ingrédient d’origine naturelle ou dérivé naturel :
    Un ingrédient est d’origine naturelle s’il a une masse moléculaire d’origine non fossile supérieure à 51 % (c’est-à-dire dont l’origine naturelle est supérieure à 51%). Ainsi dans la norme ISO, les ingrédients dérivés du naturel peuvent contenir jusqu’à 49% de matières premières issues de la pétrochimie.
  • La définition d’un ingrédient biologique ou dérivé biologique :
    Un ingrédient est bio s’il provient en partie ou à 100 % de matériaux issus de l’agriculture biologique.
  • Le mode de calcul :
    • des indices de naturel et/ou de biologique des ingrédients
    • du pourcentage d’ingrédients bio ou naturels d‘un produit fini. Ce pourcentage est obtenu en additionnant le % de naturalité ou de l’origine biologique de chaque ingrédient au prorata de leur présence dans la formule.

Par exemple, un ingrédient à 58% d’origine naturelle, présent à 10% dans la formule, rentrera à 5,8% dans le calcul du % de naturalité du produit fini.

NON. La norme n’interdit pas d’ingrédients et permet donc aux industriels, aux pourcentages qu’ils souhaitent, de formuler leurs soins dits « naturels » avec des matières premières controversées, dont certaines suspectées d’être des perturbateurs endocriniens :
Phénoxyéthanol, Benzophenone-3, parabènes, Chlorphénésine, BHA/BHT, Triclosan, Ethylhexyl methoxycinnamate…

A noter de plus que la norme comptabilise les silicones, ayant un process de transformation très polluant, comme ingrédients d’origine naturelle, entrant dans le calcul du pourcentage de naturalité des soins qui en contiennent.
La norme prévoit également, aux pays qui le permettent, l’intégration des OGM dans le calcul des ingrédients d’origine naturelle.

NON. La norme ISO 16128 ne précise aucun pourcentage minimum de naturalité et/ou de bio pour pouvoir revendiquer le produit comme étant naturel et/ou bio.

En revanche, en France, l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) encadre déjà depuis de nombreuses années l’utilisation de l’appellation « origine naturelle » en la réservant aux cosmétiques dont la composition est supérieure à 95% d’ingrédients naturels.

NON. Contrairement aux cosmétiques certifiés bio dont les sites de production sont contrôlés et les formules soumises à l’organisme de certification Ecocert, les cosmétiques estampillés norme ISO 16128 ne feront l’objet d’aucune certification garantissant le respect de la norme.

AUCUN. Seule une attestation des fournisseurs du pourcentage de naturalité de chaque ingrédient sera nécessaire.

Contrairement aux produits certifiés bio, aucune vérification ni justification de l’achat des matériaux biologiques ne seront imposées et le contrôle des dossiers de fabrication imposé aux produits certifiés bio ne sera pas nécessaire pour les produits estampillés norme ISO 16128. La notion de traçabilité des ingrédients que garantit la certification bio est absente de la norme ISO 16128.

L’ISO ne donne aucune recommandation quant à l’étiquetage des cosmétiques, ce qui signifie qu’il sera possible de trouver des cosmétiques à haute concentration d’ingrédients synthétiques dans un produit qui se revendiquera naturel ou bio : toutes les confusions sont possibles pour le consommateur…

Seules les consommatrices averties et sachant décrypter les listes INCI pourront faire la différence demain entre un « vrai » et un « faux » produit naturel, en repérant dans la liste des ingrédients les ingrédients synthétiques, les ingrédients avérés néfastes pour la santé ou simplement controversés. Mais tout le monde n’a pas cette connaissance, l’envie ni le temps de se pencher sur les formules.
Restera la garantie des labels, la seule garantie fiable sur la transparence et le contrôle des allégations naturelles.

Cosmébio dit NON au faux-bio ! La norme ISO 16128, construite sur une telle base, aurait pu aboutir à un cadre fort et précieux pour une future réglementation de la cosmétique naturelle et bio. Mais, ce n’est pas le cas.

Étant donné le manque de critères contraignants et l’incohérence de cette ligne directrice, Cosmébio se positionne clairement contre la norme ISO 16128 dans sa forme actuelle au nom de la transparence pour le consommateur ; Cosmébio prône depuis 15 ans et prônera toujours une cosmétique responsable et engagée pour le bien-être de son corps et de la planète. Le combat pour se faire entendre continue.